Comité Ain Basketball
29 bis avenue de bad kreuznach 01000 Bourg en Bresse
/
Téléphone
Tel : 04 - 74 - 23 - 62 - 96
/
Téléphone

JEAN LUC TISSOT
académie
départementale

Du haut de ses 47 ans, Jean Luc Tissot sera certainement l’un des plus jeunes pensionnaires d’une académie du basket, ça peut mettre un petit coup de vieux.
 
Après avoir tout fait au sein du club de la JL Bourg, de joueur à président, en passant par directeur sportif, entraîneur des pros, entraîneur du centre de formation, le passage du club en société, le changement de salle, 4 montées, un titre de champion NM1… Jean Luc Tissot va quitter, momentanément ? définitivement ? seul lui le sait, la scène du basket.
L’aventure entre Jean Luc et le club Burgien aura durée pas loin d’un quart de siècle. 2019 voit donc la fin de cette idylle.  
Une fin que l’on regrette au comité de l’Ain tant ses qualités pourraient servir et nourrir nombre de générations. Mais l’homme de convictions et de principes qu’il est, ne se reconnait plus trop dans le basket qui arrive avec la montée de l’individualisation de la pratique et de sa gestion.
 
Durant ces dernières saisons à la tête du centre de formation, il aura vécu des aventures humaines fortes et intenses. Car la formation, avec le degré d’excellence et d’exigence qu’y a mis Jean Luc Tissot demande un investissement de chaque instant. La tâche ne s’arrêtant pas seulement au « 28*15 », avec les séances d’entraînements et les matches. Lorsque vous avez la responsabilité de jeunes joueurs souvent très loin de leurs familles, l’accompagnement en dehors de la salle compte aussi énormément (la gestion scolaire, les soins médicaux, le bien être des jeunes joueurs…).
Et l’homme de passion qu’est Jean Luc n’a pas fait dans la demi-mesure.
Alors après avoir murement réfléchi accompagné de son épouse Claudie, il a décidé en novembre dernier, de quitter le club de son cœur.
Les équipes qu’aura dirigé Jean Luc durant ces dernières saisons auront été fidèles à son image, à ses valeurs. Un basket engagé, sans concessions avec une haine féroce de la défaite et un amour inconditionnel pour la victoire avec un basket léché, pur, collectif, intense, avec le goût de l’effort… des 2 côtés du parquet. Un amoureux du beau jeu. Du très beau jeu même
 
Le basket départemental perd, nous l’espérons, momentanément (mais c’est lui qui nous le dira) une personnalité ultra compétente de notre sport. Des compétences unanimement reconnues par l’ensemble des entraîneurs des centres de formation qui l’a élu entraîneur de l’Année 2019 des équipes espoirs.
Un titre honorant tant la qualité du jeu proposé sur le parquet que l’état d’esprit affiché par ses joueurs et ce, depuis qu’il a embrassé la carrière de coach.
 
Ce soir, pour ces raisons, il n’est pas fait « officier de la légion d’honneur », mais il fait son entrée à l’académie départemental du basket, notre « panthéon », notre « hall of fame » du basket à nous et c’est plus que mérité.  
Mesdames et Messieurs, merci d’accueillir comme il se doit Jean Luc Tissot.  
 
 

ESPOIRS 2019
académie
départementale

Pour la première fois dans l’histoire d’une académie, vont faire leur entrée, une équipe de moins de 21 ans !?
Cette entrée doit récompenser et honorer le travail réalisé par cette bande de jeunes sous la direction de Jean Luc Tissot.
10e l’an  dernier du championnat, les jeunes garçons de la JL avaient déjà montré de belles dispositions. Pour certains d’entre eux, ils avaient aussi démontré leurs aptitudes en championnat NM2 lors de la saison 2016-2017.
 
Pour cette saison 2018-2019, le curseur a été placé très haut par les espoirs de la JL avec le meilleur classement jamais réalisé à ce niveau de compétition. Le centre de formation Bressan a bien eu l’honneur d’un titre de champion de France en 99, mais l’équipe d’alors était en PRO B.
 
Si la saison 2018-2019 démarre « poussivement » pour la JL avec une victoire sur Pau 71-67 à domicile suivie d’une défaite à Nanterre 71-72, le potentiel est bien présent, et avec 34 matches à disputer, il faudra aussi ménager sa monture, ce que le coach va s’atteler à faire.
 
Après 6 matches, le bilan est de 4 victoires pour 2 défaites (Dijon s’est rajouté à Nanterre). S’en suit alors une série de 5 victoires de rang entre le 29 octobre et le 23 novembre. La JL Bourg est dans la partie très haute du classement et au regarde des résultats, les ambitions se confirment. Le trophée du futur regroupant les 8 meilleures équipes du championnat, manqué l’an dernier, est clairement dans le viseur des Bressans.
Le match face à Cholet le 8 décembre à Ekinox est magnifique d’intensité. Malheureusement la JL « lâche » prise 91-97 dans les dernières minutes, mais aurait mérité de l’emporter.
La JL Bourg est à ce moment là 3e du classement derrière Cholet (leader et Dijon).
Nouvelle série ensuite, mais cette fois de 7 victoires de rang et une 2e place au classement derrière l’ogre Choletais.
Dans les Mauges, les Bressans coulent et s’inclinent lourdement 65-95 et font une croix sur la 1e place du championnat. L’objectif est dorénavant de garder la 2e place.
L’objectif sera réalisé mais le dernier match de championnat, à 1 semaine du trophée du futur, sera cruelle pour l’équipe, mais aussi et surtout pour Théo Rey. L’ailier international se brise le genou en toute fin de rencontre. Il fait une croix sur sa campagne avec l’équipe de France, mais aussi et surtout il ne pourra disputer le trophée du futur.
Les gars de Jean Luc Tissot se rendent donc à Dijon sans l’une de leurs pièces maîtresses avec en ¼ de finale, Nanterre, face à qui la JL s’impose 81-53. Ils retrouvent Chalon sur Saône en ½ pour malheureusement une défaite 69-87. Chalon renforcé par 2 joueurs du groupe pro ne parviendra pas à bousculer Cholet qui fait encore le doublé « coupe – trophée » comme l’an dernier.
La JL Bourg termine sa campagne 2018-2019 par une 2e place au championnat avec 30 victoires et 4 défaites, ce qui, sans la présence de Cholet en aurait fait un champion de France en puissance. Mais le sport est ainsi fait, il faut des champions, et des seconds.
Par la qualité du basket proposé durant toute leur saison, ils font leur entrée à l’académie du basket départemental.
 
Merci de féliciter le groupe espoirs par vos applaudissements avec :
Hugo BENITEZ, Théo SERRANO, Joanny CRETINON, Johan Randria mananjar, Mbaye NDIAYE, Arnaud REVAZ, Antoine BIBOLLET-RUCHE, Thomas VAN OUNSEM, Théo REY

 

Patrick BARBET
Académie
départementale

 
Patrick BARBET a pris sa licence au club de l’ASPTT pour être avec ses copains. Le club était dirigé par Roland Lovera qui occupa aussi une place importante au sien du comité. Patou lui gravit avec succès tous les échelons. On s’apercevra qu’il devint bien vite un dirigeant multi carte : club, Comité, Ligue.
Au club, il assume comme secrétaire adjoint et entraineur de jeunes. Aussi il passe les diplômes de moniteur puis d’entraineur régional à Macon.
L’arbitrage au niveau régional lui permet d’arbitrer des matchs en lever de rideau à Villeurbanne devant de nombreux spectateurs, il trouve cela grisant.
Roland Lovera le pousse à intégrer le comité et Patou se retrouve à la commission de mini basket pour organiser sur le champ de foire la première fête du Minibasket en 1980. Joueurs de différents clubs et mixte. Plus tard ce sont les clubs qui organisent la journée.
Un regret cependant, le club, renforcé par Durantet et Roger Wunschel a raté la montée en N4 masculine.
Voici pour résumer son parcours :
  • Au club : secrétaire adjoint 20 ans ;
  • Au comité : 1978-1984 Commission Mini-Basketteur
                            1984-1990 Commission Sportive
                            1991-1992 Secrétaire général
                            1992-1996 2ème vice-président
  • A la Ligue : 1984-1988 Commission Sportive Coopté
                            1988 Elu à la Ligue
                            1988-1994 Responsable des homologations
Et encore, tout n’est pas mis.
Il y a plusieurs manifestations qui l’on marqué comme l’organisation de l’Assemblée Générale de 1992 et le départ de Raymond Perrat mais aussi la rencontre Le mans-Dijon pour aider la Ligue contre le cancer.
Pour cette brillante activité, nous avons le plaisir de te nommer membre de l’Académie de l’Ain.

YVAN LOPEZ
Académie
départementale

En général, lorsqu’on retrace la carrière sportive d’une personne celle-ci est terminée et bien pour Yvan Lopez ce n’est pas là cas et comme pour vous, mesdames, par bienséance, je ne vous citerai pas son âge canonique.
Yvan Lopez a débuté le basket à l’âge de 8 ans à l’école primaire de Lagnieu sous l’égide de son instituteur Guy Perraud en 1973.
De 1974 à 1990 : les premières compétitions officielles FFBB à ASSL où je fus malheureusement pour lui son entraineur et n’acquit entre nous une grande complicité. Durant cette période en 1985, il fut contacté pour rentrer au Centre de Formation d’Antibes par un certain Jean-Claude Bonato mais Yvan pour des raisons d’attachement fort avec sa maman et avec ses copains n’accepte pas cette proposition.
En 1990 : pour la première fois, il coupe le cordon familial et signa pour le BC Villefranche en N4
En 1992 : il rejoindra la JL Bourg pour écrire de belles pages d’histoire avec Jean-Luc Tissot et Bernard Sangouard, entre autre, de la N3 à la N2.
1995 : Grigny en N3
1996 : BC Vaulx en Velin en N3
1997 – 2005 :  de nouveau à AS Sorlin Lagnieu avec de nouvelles montées de la N3 à la N2
2005 – 2008 : Championnat Régional au Bouchoux avec quelqu’un qu’il connait très bien et évidemment un titre de RM3
2008 – 2015 : Yvan se rapproche de son domicile en signant à Ambérieu Basket Ball en RM2 pour profiter de sa petite famille. Un jour de 2015 il souhaite arrêter sa carrière MAIS !!! et oui il y a toujours un MAIS avec Yvan et l’amour de son sport a vite pris le pas sur cette décision.
Alors de 2015 à cherche et oui Yvan est toujours là sur les terrains de basket pour notre plus grande joie.
La très grande carrière d’Yvan est un bel exemple de longévité pour bien des générations. Cet état d’esprit et cette simplicité qui caractérise si bien ce personnage n’enlève en rien pour son goût de la compétition et le plaisir de se faire plaisir pour lui et pour tous ses différents partenaires.
Comment ne pas énumérer quelques petites anecdotes qui ont jalonnées toutes ces années :
  • Ton 1er match en Régional ou tu fus privé de temps de jeu car l’intérieur titulaire de l’équipe avait oublié ses chaussures et à part toi, tout le monde ne chausse pas du 47 (donc substitution obligatoire à ton grand désespoir).
 
  • Ton 1er titre de Champion de L’Ain Excellence contre notre grand rival de l’époque US Vonnas dans un gymnase de Lagnieu surchauffé et cette rencontre décisive pour la montée gagnée ou tu marquas 43 points !! et la chaude soirée qui lui succéda ….
 
  • Tous ces souvenirs de vacances dans le sud où pour des basketteurs de seconde zone, nous avions été pris pour des joueurs de l’ASVEL. Sur un stand de Luna Park après une soirée bien arrosée où l’adresse était la principale qualité, tu avais attiré un nombreux public par ta réussite et que grâce à toi nous avions joué gratuitement toute la nuit avec de nombreuses récompenses.
Oui Yvan, un énorme MERCI de la part de tous tes différents coéquipiers, de tous les dirigeants qui t’ont accompagné pendant toutes ces années dans tous les clubs précités de toute notre grande famille basket.
Merci de cet amour du jeu, de ton amitié durant de nombreuses années (qui ne sont pas encore finies !)
 

sophie chiesa
académie
départementale

SOPHIE CHIESA (en compagnie de Jean Pierre Dequatre, le duo incontournable du "Grand" Culoz des années 90)
 
Tout d’abord je voudrais remercier Mr François FOURNIER qui nous donne aujourd’hui l’occasion d’honorer la mémoire de Sophie CHIESA.
Remercier également Marinette, la maman de Sophie, qui a bien voulu accepter cette invitation.
Marinette était dirigeante au club de Culoz .
Alors parlons un peu de :
SOPHIE  CHIESA.
Sophie était une grande figure du Culoz Basket Club.
Une basketteuse talentueuse, une sportive de haut niveau.
C’est avec Sophie que le Culoz BC a vécu une belle et formidable aventure, avec durant des années, des joies sportives et humaines intenses.
Sophie avait commencé le basket toute petite, en poussine, quelques temps après la création du club. Elle faisait partie de l’effectif de la toute première équipe féminine du Culoz BC.
Très vite elle a su développer des qualités exceptionnelles qui l’ont amené rapidement sur le devant de la scène.
En Benjamine elle remportait l’épreuve individuelle du Critérium de la jeune basketteuse.
En Minime elle faisait partie de la sélection de l’AIN.
En Cadette elle intégrait la sélection du Lyonnais.
Quelques années plus tard, en sénior, elle faisait les beaux jours de l’équipe 1 de Culoz.
Capitaine emblématique du Culoz BC , Sophie était l’élément moteur de l’équipe, celle sur qui l’on pouvait compter en défense ou pour  marquer le panier décisif qui ferait gagner le match.
Son  parcours est étroitement lié à la belle aventure que connu le Culoz basket club.
Ce parcours commença en 1984 avec la montée en Ligue du Lyonnais.
En 1988 montée en Nationale 4 avec 30 pts de Sophie en finale contre Beaumarchais.
En 1992 Championne de France de Nationale 4.
En 1993 vice-championne de France de Nationale 3.
En 1994  Sophie accédait à la Nationale 1B l’antichambre du basket professionnel.
Quelques années plus tard, Sophie arrêtait sa brillante carrière de basketteuse en étant resté toujours fidèle à son club de cœur : le Culoz Basket Club, et cela malgré les nombreuses sollicitations extérieures.
Vous l’aurez compris, Sophie Chiesa était une grande figure du basket départemental, régional et national.
Elle nous a hélas quitté bien trop tôt, bien trop vite,suite à une longue maladie en janvier 2018.
Sophie avait    51    ans.