COMITE AIN BASKET
CHAMPIONNATS
Adresse
/
Téléphone

U18 ELITE
HOMERIQUE...

Après leur défaite face à Antibes (le 2 février dernier), les U18 de la JL Bourg se sont mis dans l'obligation de remporter tous leurs matches afin de pouvoir défendre leur titre de champion. 
De son côté, l'ASVEL, 1/2 finaliste malheureux en mai 2019 organisera le final "4" en mai prochain et souhaite y participer. Pour cela, le talentueux meneur de jeu Matthew Strazel était redescendu renforcer son équipe. Auteur de belles sorties en Euroleague et en Jeep Elite, c'est un renfort de poids pour Anthony Brossard le coach Villeurbannais.

Mais comme l'an dernier sur le parquet d'Ekinox, la superbe performance de Matthew Strazel (33 pts et 7 paniers primés réussis) n'a pas été suffisante pour ramener la victoire dans le camp Villeurbannais. La JL Bourg, malgré l'absence de Maxime Ilvoskiy et d'Anthony Soustre ont pu compter sur un trident Benitez-Manissol et Falcoz auteur de 59 points à eux 3, très performant, entraînant avec eux toute la troupe de Nicolas Croisy.

Pourtant les choses étaient mal embarquées puisqu'après 10 minutes de jeu, la JL était dans les cordes (24-19). 10 mn au cours des quelles Strazel avait commençé sa partition (12 points et 2 tirs primés).
A la mi-temps, la JL était de nouveau touchée en étant menée 44-36.
Au bout de 30 minutes de jeu, le KO n'était pas loin puisque la JL accusait un retard de 11 points (64-53).

Le réveil arriva dans le dernier acte et c'est la JL qui mettra KO l'ASVEL en passant dans les 10 dernières minutes un 24-11 assassin. Elian Benitez sur la ligne inscrira 8 lancer sans trembler alors que Corentin Falcoz en bon capitaine a "balancé" 2 banderilles derrière l'arc comme il en a l'habitude. Avec une défense homérique et un superbe collectif, la JL renverse l'ASVEL 77-75 pour la 2e fois de la saison.
Une victoire qui permet à la JL de garder toutes ses chances de qualification pour le final "4". Les yeux se braquent maintenant sur la prochaine réception de Montpellier avant le déplacement à Antibes.

Mais si la JL veut retourner à Villeurbanne pour le final "4", il lui faut impérativement faire son sans faute lors des 4 dernières rencontres en ne sous estimant aucun adversaire. C'est ce qui fait la force des champions.

NF3
UNE MOUTARDE
BIEN PIQUANTE

Les eagles de la CTC JL-Viriat ont fait une bien mauvaise opération en s'inclinant sur son parquet face à Dijon 66-59. Si le maintien, objectif du début de saison est désormais acquis, il y aviat encore une chance de disputer la montée en NF2 à Furdenheim le 5 avril prochain.
Mais pour cela, il fallait faire un sans faute sur les 5 dernières rencontres puisqu'une seule défaite séparaient les Bressanes des Alsaciennes avant le coup d'envoi de cette 18e journée.
Avec maintenant 2 victoires de retard sur le leader (16-2 contre 14-4), la CTC n'a plus son destin entre ses mains pour aller chercher la 1e place. Il leur faut faire un sans faute sur les 4 dernières rencontres, mais aussi compter sur 1 défaite de Furdenheim en plus d'une face à la CTC... Pas simple.

Face à Dijon, il y avait, comme on dis, largement la place de prendre la rencontre. Dès les premières minutes, c'est ce qu'ont fait les filles de Maxime Vasselin en prenant rapidement les commandes de la partie : 11-7 après 5 mn de jeu. 15-7 2 mn plus tard pour virer en tête 18-9 à la première pause. 

Ensuite les eagles vont venir s'engluer sur la zone mise en place par Dijon. Maladroites (Daphné Debiesse Tixier [photo] n'a pas eu sa réussite habituelle), les eagles n'arrivent pas à faire exploser cette zone sur jeu placé et comme le jeu rapide n'est pas forcément au rendez-vous, la CTC voit revenir doucement, mais surement, Dijon sur ses baskets : 33-28 à la mi-temps.

Le scénario se reproduit dans le 3e quart temps et Dijon passe même devant pour la 1e fois de la rencontre à la 29e minute 47-46. Dijon ne lâchera pas l'affaire jusqu'à la fin.

Au début du 4e quart, Dijon prend 6 points d'avance et, malgré un effectif réduit (7 joueuses), semble être sur un nuage. La CTC balbutie son basket et ne trouve pas de solutions. Menées 60-51, les eagles poursuivent les tentatives lointaines sans réussite (6 au total mais 2 dans la dernière minute une fois la messe dite)
La CTC aura bien un dernier instinct de survie en revenant à 3 longueurs 62-59, mais il sera vaint et Dijon s'impose finalement 66-59.

Mathématiquement tout est possible pour les eagles, mais il va falloir trouver la motivation nécessaire pour disputer ses chances sur les 4 dernières rencontres qu'il reste. Et pour couronner le tout, il leur faudra se déplacer 3 fois sur ses 4 derniers matches : Besançon, Mirecourt et Furdenheim pour la réception de Sundgau...