COMITE AIN BASKET
CHAMPIONNATS
Adresse
/
Téléphone

ESPOIRS PRO A

Après avoir connu le championnat espoirs il y a quelques années en qualité de joueur, Jean Luc Tissot, l'entraîneur de l'équipe espoirs de la JL revient sur les 8 premières journées qu'il découvre en qualité d'entraîneur.

Avec la montée en Pro A, la JL Bourg a du constituer une équipe espoirs, obligatoire à ce niveau. L'entraîneur Bressan a puiser dans le groupe des joueurs nés en 1996 (3e du championnat de France la saison dernière), en prenant 8 joueurs nés en 1996 pour construire son ossature. Pour compléter cette base, Jean Luc Tissot a fait appel à 4 jeunes venant d'autres centre de formation (Le Mans, Cholet et Le Havre).
Sportivement, près 8 journées disputées, la JL possède 3 victoires, un peu à la surprise du coach : "j'espérais des victoires, mais je ne m'attendais pas à ce qu'elles arrivent si vite" pour 5 défaites. Les jeunes Bressans se sont imposés uniquement à l'extérieur à Nancy, Rouen et Chalons-Reims. Jean Luc Tissot regrette de ne pas avoir pu goutter aux joies de la victoire à domicile dans la nouvelle salle d'Ekinox : "Nous lâchons notre premier match face à Limoges. Contre Chalon nous craquons sur la fin face à une grosse équipe. J'aimerai bien ouvrir le compteur à domicile, surtout pour les garçons, qui le méritent". Dans un championnat sans véritable enjeu sportif, l'accent est mis sur l'apprentissage "Chaque joueur à des objectifs individuels sportifs, mais j'attache aussi une grande importance à véhiculer les valeurs qui font la force du club depuis de nombreuses années" indique celui qui a connu le centre de formation de Jet Lyon. Des valeurs que les jeunes Bressans ont démontré depuis le début du championnat. A l'exception de la rencontre face au Havre (-19), la JL a toujours été dans le coup (-4 face à Chalon et Gravelines (après prolongation), -7 contre l'ASVEL et -6 face à Limoges). "Nous découvrons le niveau. Il y a un fossé dans la maîtrise, l'intensité et la dimension athlétique. Mais nous compensons avec beaucoup de coeur et de solidarité. Les joueurs démontrent une identité "JL", mais il faut qu'ils se développent aussi sur le plan individuel pour intégrer par la suite une équipe pro". Avec un volume d'entrainement de 9 séances hebdomadaires possible, sans négliger les études, de nouvelle structures adaptées, nul doute que les résultats ne seront que positifs par la suite. Et de marcher sur les pas de Jérôme Sanchez, vainqueur par 2 fois du trophée du futur (2009 et 2010 à l'ASVEL) devenu professionnel depuis. L'objectif de nombres de ces jeunes.