logo-comite-quadri

ESPOIRS NOUVELLE VERSION

Initialement prévu pour se dérouler de manière classique (34 journées en matches aller retour), la LNB a fait prendre un sérieux virage au championnat Espoirs 2020-2021, afin de se donner les chances d'offrir une compétition "viable" pour les pensionnaires des 18 centres de formations. 
 
Ainsi tous les résultats acquis sur les premiers matches avant le confinement d'octobre ont été annulés et le championnat est reparti de "0" le 12 décembre dernier sous un nouveau format. 2 poules de 9 ont été constituées de manière géographique en répartissant les équipes d'un côté Ouest (Cholet, Limoges, Gravelines, Orléans, Le Portel, Pau, Le Mans, Boulazac, Nanterre) et d'un côté Est (Chalon/s, Chalons Reims, Strasbourg, ASVEL, Monaco, Dijon, Roanne, Levallois et Bourg). 
A l'issue de ces rencontres en aller-retour, les 4 premiers de chaque poule se retrouveront pour une compétition finale (trophée du futur) qui décidera du champion 2021. 
Bien évidemment, ce scénario fait fi d'éventuelles mesures sanitaires plus drastiques qu'aujourd'hui. 
 
Ainsi, depuis le 12 décembre 2020, 4 journées ont été disputées par la troupe de Fabrice Serrano : Victoire sur Roanne et défaite face à Chalon, Levallois et Monaco. Mais au regard de la situation actuelle, l'aspect sportif paraît bien secondaire : "La priorité est de savourer la chance et le privilège que nous avons de pouvoir nous entraîner et jouer au basket contrairement à l'ensemble du sport amateur." précise Fabrice Serrano reprenant une formule souvent utilisée par les coaches habituellement : "Nous prenons match après match, car on ne sait pas combien de temps cela peut durer."
L'incertitude pèse sur l'ensemble de la population et certaines interrogations ne s'arrêtent pas aux portes d'Ekinox : "La situation n'est simple pour personne, mais pour les espoirs dernière année, les plans quant à leur avenir sont flous. L'avantage est que nous pouvons jouer et cela fait du bien à la tête." indique le coach Burgien qui, en plus de gérer la COVID, a du gérer la disparition de Pierre Murtin "La perte de Pierre est énorme et la douleur des joueurs est bien évidemment personnelle en fonction du temps passé avec Pierre. Nous portons son nom sur les maillots en son souvenir, et nous faisons tout ce qu'il faut pour être avec lui d'une manière ou d'une autre."
 
De s'entraîner et de jouer malgré les conditions délicates est déjà une forme d'hommage pour Pierre Murtin, lui qui faisait du basket quelque soit les conditions.
 
Le groupe reçoit ce samedi 30 janvier à Chalons Reims pour tenter d'accrocher une victoire et ainsi laisser la dernière place aux Champennois, ce qui en ces temps compliqué serait une belle éclaircie.