Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite. Les prénoms ont été volontairement remplacés.
 
C'est l'histoire d'une fin de saison comme toute équipe peut en connaître. Débuté mi-août avec du travail physique, enchainé avec des matches amicaux, pour enfin lancer la saison.
Une fois lancée, on aperçoit au loin, au bout de qui nous paraît un interminable tunnel, le dernier match de la saison et les... Vacances.
Entre temps, il y aura eu des victoires, des défaites, des blessures, des regrets... Tous ce qui fait le sel d'une saison sportive.
 
Et puis à la toute fin, il y a le graal ! C'est selon les objectifs de début de saison. Un maintien, une montée, un nombre de victoires... Mais à la fin, la même conclusion : la fête de fin de saison. Le moment où l'on évacue la "pression" de 9 mois passés à vivre ensemble ! Et quand le dernier match de la saison délivre l'équipe, à domicile avec la réalisation de l'objectif c'est juste magique...
 
C'est ce qu'il s'est passé à l'issue d'un dernier match au fin fond d'un département que l'on appelle le Bugey libre.
 
Le coup de sifflet final a délivré toute une salle pleine à craquer. Il a délivré dans le même temps joueurs et coaches qui peuvent se laisser aller dans une belle sarabande et une communion avec leurs supporters. Après ce moment de bonheur que tous veulent prolonger, il y a la causerie du vestiaire avec le bilan de la saison. Les derniers moments de la vie en communauté.
 
Ensuite c'est l'heure des retrouvailles avec des amis, la famille, les dirigeants autour du bar pour un verre, puis un autre. Les cercles diminuent au fil des minutes qui passent. Chacun devant abandonner ces moments de partage pour retrouver leurs propres familles.
 
De plusieurs cercles, il n'en reste ensuite plus qu'un seul ! Avec bien évidemment à la tête de ce cercle un ou plusieurs leaders. Des leaders qui en général, ont plusieurs cordes à leur arc :
- Une technique parfaite sur la gestuel du poignet afin de ne pas renverser de son breuvage (ça c'est en début de soirée. Un peu plus tard, la technique vacille un peu).
- Des aptitudes à la chanson, le plus souvent à textes.... plus ou moins légers, cela dépend là aussi de l'heure
- Des qualités de jeu de jambes pour la danse bien évidemment
et nous en passons encore bien d'autres.
 
Dans ce dernier cercle, il y a Roger qui répète qu'il doit partir, mais qui trouve toujours une bonne raison pour rester. Il y a Christophe qui a un prévu une randonnée vélo le lendemain avec un judoka de renom. Mais ce Christophe doit ramener le fameux Roger (celui qui ne veut pas partir). Roger qui passe la soirée à taper dans les mains de ses copains de soirée et qui, l'alcool aidant, distribue des câlins à qui le veut bien... ou pas d'ailleurs.
Il y a Manuel le DJ, qui balance du son. Il y a Paul le chorégraphe. Fred le chansonnier. Ils sont tous là.
 
Et puis en pleine nuit, la soirée passe dans la 4e dimension. Les langues du Conemarra se sont déliées. le DJ enchaine les "tubes" : d'Axelle Red à Michel Sardou en passant par Johnny sans oublier les "montagnes du Bugey". La soirée a basculé comme certains protagonistes. Elle est sur le point de se terminer.
 
Chacun se salue avec un petit mal de tête et sait que l'on va se réveiller avec un gros mal de tête. Mais les souvenirs seront gravés pour toujours.
 
A l'heure de l'épilogue de notre saison et avant de passer à la prochaine. N'oublions pas de prendre le temps de savourer le temps qui passe et de profiter de ces moments de bonheur et de partage que (seul ?) le sport peut nous en proposer.