COMITÉ AIN BASKET
Depuis cinq saisons, Pierre Murtin entraîne à Villeurbanne même s’il reste très attaché à ces racines burgiennes. L’entraîneur emblématique de la JL Bourg a reçu en début de saison le trophée TBDN pour son œuvre avec les minimes garçons de l’ASVEL, avec lesquels il a décroché le titre national en 2010. Il livre ses impressions sur son travail à Villeurbanne et le basket dans l’Ain.
Comment êtes-vous arrivé à l’ASVEL ?
« Ce fut un concours de circonstances. La première année, je devais dépanner ponctuellement. Et comme le coach des minimes garçons a déclaré forfait, j’ai pris l’équipe tout en entraînant les garçons de la JL Bourg en RM 2. J’étais aussi professeur d’EPS. L’année suivante, j’aurais bien aimé entraîner des jeunes à la JL Bourg. Mais ça ne s’est pas fait. Professionnellement, je craignais une mutation. Du coup, j’ai répondu favorablement à la proposition de Villeurbanne de prendre les minimes garçons et d’intervenir sur la formation BE 2 à Gonesports. »
Quelles sont les conditions de travail à l’ASVEL ?
« Dans un premier temps, j’ai été surpris des contraintes liées. Les salles sont municipales et ne sont pas ouvertes pendant les vacances ou les jours fériés. Mais on apprend à gérer. Je travaille dans un contexte très favorable avec des joueurs de qualité et des potentiels intéressants. Nous travaillons en symbiose avec les cadets de Skeeter Jackson et les Espoirs de Fabrice Serrano. Au niveau des échanges et de la convivialité, c’est plutôt sympa au quotidien. »
Et côté objectif ?
« Pour moi, l’essentiel est de former chaque saison des minimes dans l’optique de les intégrer le groupe cadets France. Au fil des années, je suis un peu plus dans la recherche du résultat car la formation passe aussi par la compétition. Faire des phases finales apporte beaucoup ».
Restez-vous impliqué dans le basket dans l’Ain ?
« Malgré mon départ, j’ai toujours voulu garder le contact avec la ville de Bourg et le département. Je me sens bien à l’ASVEL. Mais ma ville, c’est Bourg. J’habite Bourg et je reste licencié à la JL Bourg. Je suis aussi élu au Comité. J’interviens très ponctuellement dans la formation des cadres. Je suis présent sur le camp estival et j’organise plus spécialement le tournoi benjamins du Conseil général. »
Quel regard portez-vous sur le basket de l’Ain ?
« Les gens font du bon travail. Nous avons une très bonne formation d’entraîneurs avec des intervenants très expérimentés et très compétents comme Nicolas Crétin, Gérald Simon, Anthony Brossard, Jean-Pierre Dequatre ou Pierre Laloge, tous BE 2. C’est un département qui fait preuve de beaucoup de dynamisme. Pour l’instant nous n’en avons pas tiré spécialement des bénéfices. Mais cela devrait venir. »

Palmarès de Pierre Murtin


Joueur

Il débute à la JL Bourg en benjamins. Il rejoint l’école de rugby de l’USB « comme tout Bressan qui se respecte ».
Il trouve que le basket lui correspond mieux et suit ses copains, à l’ASPTT Bourg pendant cinq ans. Il part ensuite à Nancy où il opère en nationale 2 pendant trois ans. Il revient à la JL Bourg pour évoluer en Nationale 2 et en Nationale 3.

Entraîneur

Il entraîne, parallèlement à sa carrière de joueur, des jeunes et les féminines de la Jeu qu’il hisse en Nationale 3. Lorsque la JL Bourg tombe en Nationale 4, il prend en main ses destinées, avec une montée en Nationale 3 dès la prise de fonction. Après deux ans à ce niveau, l’accession en Nationale 2 est acquise. Ce palier nécessite encore deux ans pour conclure par un titre de champion de France de Nationale 2. En Pro B, il mène sa formation à la sixième place et passe le pouvoir. Suit une période de flottement où il est assistant et décroche le titre national en Pro B avec les Espoirs. Il fera une pige en Pro A suite au départ de l’entraîneur.
Avec les amateurs, il hisse l’équipe fanion masculine en RM1. Il part à Villeurbanne où il entraîne les minimes garçons et obtient un nouveau titre national en 2010. Il est récompensé par un trophée de la DTBN comme meilleur entraîneur en minimes garçons en 2011. Cette distinction lui est remise lors de l’Open de Ligue féminin.